Niveau : Expert

Ceci est une courte synthèse des règles du jeu Carrier Battles. Les règles plus poussées sont directement accessibles ingame par le menu Règles.

Un scénario

  • se déroule sur 3 jours,
  • est divisé en tours de 1h20 (7 tours de nuits, 11 tours de jour),
  • chaque tour est décomposé en 4 phases de 20 minutes.
Japanese battleship Nagato

Détection

  • Toute l’essence de la guerre aéronavale repose sur la recherche de la flotte ennemie. Trouver et frapper en premier les porte-avions adverses est un énorme avantage car ces derniers seront moins en état de riposter. Dans la pratique, les deux camps arrivent à se localiser et à effectuer des frappes simultanées.
  • La recherche se fait à partir des porte-avions et aérodromes contrôlés par le joueur. Il s’agit d’envoyer une ou plusieurs unités quadriller un secteur défini par un rayon (60°, 120°, 180°C, 240° ou 360°) et une distance maximale (en général limitée par l’endurance des scouts).
  • On peut aussi jouer sur la vitesse de recherche. Chaque PHASE, les scouts avanceront de 1 ou 2 hexagones à partir de leur base. Le segment de l’arc de recherche où se trouvent des scouts est affichés sur la carte.
  • Les scouts chercheront chaque PHASE sur le côté et devant leur position.
  • La météo joue un rôle majeur.
  • Il est recommandé d’envoyer plusieurs vagues de scouts et de conjuguer les recherches de plusieurs bases pour se donner plus de chances.
  • Lorsqu’un escadre ennemie est repérée, on obtient sa position (plus ou moins précise) sur la carte et un renseignement sommaire sur sa composition (petite, grande, surface, transport…). Ce renseignement sera amené à se préciser au fur et à mesure des recherches. Il se peut que les premiers scouts se soient trompé dans leur rapport et qu’un Transport (TRS) se transforme en un flotte de porte-avions (CV) !
  • Les scouts peuvent rester au-dessus de leur cible et la suivre (shadowing), permettant un localisation et un renseignement maximal sur la flotte ennemie. Ils peuvent être chassés et abattus éventuellement par la CAP (Cover Air Patrol, couverture de chasse) adverse.
  • La carte affiche la dernière position connue d’une escadre pendant 4h ainsi que la dernière direction prise par celle-ci.
  • Le joueur bénéficie aussi des recherches opérées par les hydravions basés sur les croiseurs et les bases d’hydravions mais celle-ci sont entièrement gérés par le système.

Déplacement

  • Les navires se déplace d’un hexagone chaque TOUR.
  • Certains navires sont plus lents (Transports, navires endommagés).
  • Les unités aériennes se déplacent de 2 hexagones chaque PHASE, elles sont par conséquent 8 fois plus rapides.
  • Dans certains scénarios, le Tokyo Express est composé de destroyers (DD) naviguant à toute allure. Les DD se déplacent de 1 ou 2 hexagones par TOUR et ont plus de chance d’échapper à une frappe aérienne.

Opérations aériennes

  • On manipule des unités aériennes qui représentent 4 avions chacune.
  • Le joueur gère les missions des unités aériennes sur ses aérodrome et porte-avions : CAP, Recherche et Raid aérien.
  • Il suffit de déplacer une unité ou un groupe d’unités du HANGAR vers la zone de mission désirée. Un compteur indique le temps nécessaire pour décoller.
  • Un semi-automatisation fait régulièrement atterrir la CAP pour la ravitailler (le joueur devra par contre la relancer lui-même).
  • Il est possible de programmer la CAP et la recherche, pour répéter les missions en boucle.

* On peut envoyer de la CAP protéger une escadre amie

* On peut se rebaser sur une base amie

  • On ne peut attaquer que les escadres ennemis qui sont visible sur la carte (il faut les rechercher et les trouver d’abord).
  • La charge optimale est choisi par le système en fonction de la cible et de la distance.
  • Le joueur à le choix pour les chasseurs bombardiers entre un rôle d’escorte ou de bombardement.
  • Une fois décollé, un raid se dirige automatiquement vers la dernière position connue de la cible.
  • S’il ne la trouve pas, ils peut la chercher dans les environs avant de rentrer ou d’attaquer une autre cible.
  • Il est possible de ne pas pouvoir attaquer à cause d’un manque d’endurance (plus d’essence) ou d’une mauvaise position de la cible.
  • Les radars aériens ont la possibilité de détecter le raid plusieurs hexagones à l’avance, ce qui laisse un peu de temps pour réagir.

Combats aéronavals

  • La CAP combat les bombardiers et leur escorte.
  • Les avions peuvent être détruits, endommagés ou simplement avortés.
  • La DCA (Défense Contre Avions) lourde tire sur les bombardiers.
  • Les bombardiers attaque à la bombe ou à la torpille les navires ennemies suivant un schéma prédéfini.
  • Les navires peuvent prendre des dégâts sur leur structure (perte de PV) ou des coups critiques variés (incendie, perte propulsion, tourelle, ascenseur, radar, inclinaison, etc..).
  • Certains sont réparables dans le temps.
  • La DCA légère réplique mais ne peut empêcher l’attaque comme peut le faire la DCA lourde.
  • La CAP combat encore les avions ennemis sur le chemin du retour.

Combat de surface

  • Un combat peut survenir lorsqu’une escadre rentre (volontairement ou non) dans un hexagone occupé par une escadre ennemie.
  • Suivant la vitesse, la détection, l’ennemi peut s’échapper. Sinon il y a combat.
  • Un camp peut obtenir la surprise, auquel cas, il pourra lancer une salve de torpilles dont les effets seront pris en compte avant la phase suivante.
  • Lors du combat au canon, les deux camps tirent simultanément. Les navires tirent statistiquement plus souvent sur les navires de leur classe ou sur l’escorte des TRS/CV.
  • Après le combat, les deux escadres reçoivent des points de désordre qui les empêchent de combattre pendant plusieurs tours, le temps de réorganiser.

Bombardement naval

  • Une force de surface qui passe un TOUR complet dans l’hexagone d’un aérodrome adverse, le bombarde.
  • Le bombardement occasionne des dégâts aux pistes et aux unités aériennes au sol.
  • Un navire ne peut bombarder qu’une fois par partie.

Transport naval

  • Une force de surface qui passe un TOUR complet sur un objectif peut y débarquer.
  • Il peut s’agir d’une invasion (si l’objectif est à l’ennemi). L’objectif est capturé si un nombre suffisant de points de cargaison (cargo) est débarqué,
  • Il peut aussi s’agir d’un renfort, selon le scénario.

Points de Victoire

La plupart des Points de Victoire (PV) viennent des sources suivantes :

  • Unités aériennes détruites.
  • Navires ennemis coulés. Les Porte-avions rapportent énormément.
  • Navires ennemis lourdement endommagés.
  • Cargaisons débarquées sur les objectifs du scénario.
  • Contrôle d’un objectif.
  • Spécifique au scénario (ex : Raid sur Rabaul).

 

Voir le forum